Traditions de la Semaine Pascale

La Bénédiction de la nourriture de Pâques.

Les rites traditionnels de la période Pascale sont nombreux et variés et dans de nombreuses régions d’Europe, ils sont profondément ancrés dans la mémoire collective des peuples.
La Bénédiction de la nourriture de Pâques est une de ces traditions. En Russie, en Pologne, dans certaines régions du sud de l’Allemagne, en Autriche ainsi que dans le Haut-Adige ou Tyrol du Sud. Il est à remarquer que les descendants des travailleurs polonais émigrés vers les anciennes régions industrielles et minières de l’Allemagne, de la France et de la Belgique maintiennent cette tradition bien vivante.

Le Samedi Saint les aliments, précédemment préparés sont déposés dans un panier qui sera recouvert d’une nappe brodée et adaptée à la taille du panier, puis décoré avec du buis, avant d’être emporté vers le lieu de la bénédiction. Ce lieu peut être l’église paroissiale, une chapelle, un Calvaire ou un Bildstock (1) ou tout autre lieu dédié à la prière. Les paniers remplis d’aliments préparés la veille sont garnis tôt le matin. Suivant les régions, ils contiennent des aliments divers, mais toujours on y trouvera du pain, spécialement fabriqué pour Pâques, du sel, de l’eau, et des œufs, mais également des viandes, des saucissons, des légumes ou des condiments (raifort en Styrie), du beurre etc.

2 – Les paniers sont déposés…

Les familles participantes à la Bénédiction de la nourriture de Pâques, en Latin : Benedictio agni et carnium in die Sanctae Paschae, apportent leurs paniers puis les déposent devant le lieu de consécration. Le nombre de paniers peut être impressionnant.
Durant la cérémonie dévotionnelle, qui a généralement lieu à la mi-journée ou en début d’après-midi, le prêtre bénit les aliments par la Prière et l’Eau Bénite. Les paniers seront par la suite ramenés à la maison où les aliments seront consommés en Famille ou avec des amis. Le contenu des paniers, variable suivant les régions, sera consommé soit le Samedi Saint au soir, soit le Dimanche de Pâques au petit déjeuner.

3 – Les paniers sont bénis…

Certains des aliments contenus dans les paniers ont une signification symbolique :

Le pain                                                 Le Christ comme pain de la vie
Les œufs                                             Le renouveau de la vie
L’agneau pascal en beurre,       L’agneau de dieu, Jésus acceptant son sacrifice
sucre ou chocolat.
Le sel                                                    Pureté du cœur et l’alliance avec Dieu
Saucisson/viande                            Prospérité et richesse
L’eau                                                    L’Esprit Saint, la renaissance de la vie
Le raifort                                           L’Amertume des souffrances du Christ

4 – Dans le panier un jambon fumé et cuit, du raifort, les œufs… viennent

La consommation des aliments consacrés en commun rappelle la Cène, la communion de Jésus avec les apôtres et marque la fin du Carême.
La coutume est fortement respectée en Carinthie et en Styrie, où la bénédiction alimentaire est aussi appelée ironiquement « le huitième sacrement styrien », beaucoup de gens, dont beaucoup de non pratiquants, assistent à ces consécrations. On estime qu’un quart de la population styrienne participe à la consécration le samedi saint.
En Pologne on estime une participation de 80 % à 95% de la population…

5 – Le jambon cuit découpé et garni de raifort… un délice.

(1) Bildstock (Bildstöcken plu.)

En Belgique où est utilisé le mot potale, en Allemagne occidentale, en Autriche, en Moselle germanophone et en Alsace on trouve en bordure des routes, des chemins, parfois à des croisements d’anciennes routes des sculptures religieuses.
Ce sont une sorte d’Oratoire, le plus souvent composé d’un socle supportant un fût coiffé d’un édicule cubique comportant quatre niches dans lesquelles sont sculptés des saints avec leurs attributs, le tout parfois surmonté d’une croix.
Ces monuments de piété populaire ont des origines très diverses.
Pour implorer une aide, en accomplissement d’un vœu, pour remercier le Ciel de les avoir aidés dans un moment crucial de la vie, les donateurs faisaient construire ces petits monuments sur les bords des routes et des chemins.
Certains de ces monuments sont expiatoires : en cas de meurtre on imposait parfois à côté de l’amende usuelle, l’érection d’un monument expiatoire en mémoire de la victime à l’endroit même où le crime avait pu être commis.


Photo: Bildstock à Œutrange (Moselle)

L’Origine de ces traditions remonte partiellement à l’époque préchrétienne et il y a des liens certains avec les rites païens de l’équinoxe printanier, la fête de Pâques y coïncidant plus ou moins.
C’est la fête de l’éternel retour du printemps. C’est la renaissance de la vie, une nouvelle ardeur saisit la nature. Les œufs symbolisent cette renaissance de la nature et déjà dans l’Antiquité préchrétienne, l’œuf avait un sens mystique relatif à l’origine du monde et à la vie (création). Après la christianisation, l’œuf est devenu le symbole de la résurrection annuelle du Christ.
Les œufs de Pâques jouèrent donc pendant des siècles un rôle important dans les coutumes et les fêtes nombreuses où les œufs y jouaient un rôle. En Angleterre, au Moyen-âge, l’évêque apportait un œuf dur à l’église. Lors des chants, il le lançait aux choristes qui le rattrapaient et se le renvoyaient pendant la durée du chant. A la cour de Louis XIV, les chasses aux œufs de Pâques étaient accompagnées de poèmes libertins. En Alsace et dans le Palatinat, la tradition veut que le Jeudi Saint, les cloches partent à Rome et en reviennent le Dimanche de Pâques ramenant les œufs. On ne sonnait donc plus les cloches pendant ces trois jours.

7 – Les œufs, préalablement mis en couleurs

Quand le Dimanche de Pâques les enfants partent à la recherche des œufs ils « savent » que ce sont, suivant les régions, le renard, la cigogne, le coq, la poule, mais surtout le lièvre ou le lapin qui les aura placés dans un nid…
Le lièvre, qui est aujourd’hui présent dans les nids de Pâques sous forme de lièvre en chocolat, est en relation étroite avec la lune. La lune est liée à la fécondité. Le cycle de lune est d’ailleurs le même que le cycle menstruel de la femme. Dans la tradition germanique, le lièvre est également celui qui montre le chemin, c’est un animal de transition (cf. Alice au Pays des Merveilles). Il assure la transition entre le monde des hommes et le monde des dieux.

8 – Les lièvres

Sources:
https://www.youtube.com/watch?v=NcP6IXXa5S0
http://savoureusepologne.blog.lemonde.fr/2016/03/21/paques/
https://www.riposte-catholique.fr/archives/80772
http://www.orthodoxa.org/FR/orthodoxie/traditions/repasPaques.htm
https://www.vive-paques.com/paques/oeufs-de-paques.htm
http://www.chretiensaujourdhui.com/vivre-les-fetes/paques/
https://www.autourdelalune.com/astrologie-et/fetes-druidiques-et-astrologie.html
http://pallastemple.e-monsite.com/pages/content/la-vraie-religion-d-europe.html
https://www.swissinfo.ch/fre/les-racines-pa%C3%AFennes-de-la-f%C3%AAte-de-p%C3%A2ques/295308

Sources Images:
1, 2, 3, 4, 5, 7 collection privé
6, Wikimedia Commons,
8, https://institut-iliade.com/la-fete-de-paques-et-du-printemps/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s